Archives de Catégorie: série tv

Geek en Série: Je mate ou je zappe?

Par défaut

    En attendant de récupérer un pc pour reprendre le montage de nos émissions, occupons nous en testant les nouveautés du monde merveilleux des séries TV.
La rentrée étant là , les network américains nous proposent donc une nouvelle cuvée de séries prêtent à remplacer celles qui nous ont quittés.

Pour cette première semaine pas mal de nouvelles séries en tous genres, voici ce que j’ai testé avec cette petite interrogation je mate ou je zappe ?

The good Place (NBC)

 photo 2016-0513-NBCU-Upfront-2016-TheGoodPlace-Shows-Image-1920x1080-JR_zpsaz5anzg2.jpg
On commence avec une comédie: The good place! c’est l’histoire d’Éléonore qui se retrouve après sa mort dans un endroit appelé The good place, sorte de paradis crée par Micheal un homme étrange qui a voulu rassembler dans un seul endroit tous les gens bons. Mais voilà il y a un problème Éléonore n’est pas à sa place, elle est tout sauf une bonne personne et son arrivée dans ce lieu va créer toutes sortes de petits problèmes.
Au casting on retrouve Kristen Bell et Ted Dawson. J’ai beaucoup aimé j’ai vu 3 épisodes  et j’ai eu un gros coup de cœur. L’écriture est excellente et la série est bourrée de bonnes idées. On a un monde à l’esthétique qui m’a fortement rappeler la série Pushing Daisies mixée avec Dead like me et le tout avec un peu de mystère. Le casting est très bon Kristen Bell peut à la fois être une peau de vache et toute mimi , j’ai accroché direct au personnage. Ted Dawson est aussi très bon en architecte / patron de cet étrange endroit et le reste du cast ne leur fait pas défaut.
Je ne développerai pas plus pour ne pas vous spoiler mais il est clair que je continuerai à mater cette très bonne comédie.

 

This is Us (NBC)

 photo NBC-This-Is-Us-AboutImage-1920x1080-KO_zpspxmneuqy.jpg

   Autre série NBC et autres ambiances avec la Série This is us. Nous suivons ici 4 personnages liés par la date de leur anniversaire et qui se retrouve à 36 ans face à des choix de vie importants. Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la fin de l’épisode.
L’histoire de ces personnages est assez touchante et je la trouve bien écrite surtout dans la construction de ses personnages qui ne sont pas cliché notamment le rôle de Kate qui est montré de façon humaine et sans fard face à ses problèmes.
Niveau casting les rôles principaux sont tenus par l’ancien Heroes Milo Ventimiglia et Mandy Moore qui n’en font pas trop ce qui est très bien au vu de la situation. Je ne connaissais pas les autres acteurs mais ils ont été plutôt bien choisi. Le show offre dés son pilote des scènes assez fortes en émotion, comme la discussion entre le personnage de Jack et le docteur. Je sais que je ne développe pas trop mais c’est normal car il y a un joli twist à la fin qui peut être intéressant pour la suite.
Une série à suivre en espérant qu’elle reste sur la même ligne que le pilote.

Designated Survivor (ABC)

 photo 1000x563-Q90_a3552818a0bcac4e2a74c13539ef5f00_zps8lxwh4zc.jpg

       Une série qui s’annonçait assez casse gueule et que je vous avoue avoir regarder pour rire un bon coup. Imaginez Kiefer Sutherland est désigné pour survivre, il est un sénateur choisi pour être protégé et devenir le nouveau président des USA au cas où l’actuel et le reste du gouvernement aurait un petit soucis …..de mort…..
Jack Bauer en président voilà une idée séduisante le tout produit par Mark Gordon connu pour produire Esprit criminel et la très décevante Quantico.
Finalement j’ai bien aimé, la série n’a rien de révolutionnaire mais l’action est au rendez vous, le complot aussi. Il y a quand même un côté très pro américain à la 24 H qui peut être gênant mais Kiefer Sutherland arrive heureusement à jouer autre choses que Jack Bauer, mais s’il n’est pas bon dans toutes les scènes et ça sauve quand même le truc.
Par contre la série a déjà des défauts notamment un personnage féminin agent du FBI campait par Maggie Q, qui apparaît d’un coup et à un minimum de développement, idem pour certains second rôles très voir trop caricaturaux.
Une série qui plaira aux fans de l’acteur et d’action . Pour ma part je vais voir encore quelques épisodes avant de me prononcer vraiment. Mon verdict sera donc : Mouais à voir.

Macguyver (CBS)

 photo MacGyver-logo-800x400_zps154wgops.jpg

     Une série qui bien avant sa sortie à fait couler beaucoup d’encre, étant le reboot de la fameuse série culte du même nom avec Richard Dean Anderson. La série a également souffert de gros problèmes de communication, entre pilote repartit en tournage et affiche photoshopée très moche. Au final que vaut vraiment ce nouveau reboot ? Je vous le dit direct la série n’est pas catastrophique mais pas exceptionnelle non plus. Une série d’action de base qui mange à tous les râteliers mais qui semble oublier de qui elle est le reboot.
J’ai vraiment pas grand chose à vous dire dessus, le casting est bof, l’histoire est bof bref je ne pense pas que cette version moderne de notre bricoleur à la coupe mulet préféré sois pour moi «  je suis trop vielle pour ces conneries là ». Je zappe donc

The exorcist (Fox)

 photo exorcist1_zpsnskebjm0.jpg

    On fini avec la dernière découverte de la semaine, adaptation du cultisme film de William Friedkin et avec la tout aussi culte Gina Davis. Le projet s’avérait assez compliqué et les trailer n’étaient pas là pour rassurer le public.
Nous suivons un prêtre, le père Thomas qui vient en aide à une famille dont la mère de famille pense que sa fille est possédé à la suite d’un accident.
Étrangement je trouve qu’au niveau de l’ambiance j’ai plus eu l’impression de voir le deuxième film  réalisé par John Boorman, que le premier. L’écriture prend le temps de développer les personnage mais devient confus par moment surtout lors de scènes de rêve du père Thomas.
La réalisation prend aussi son temps pour installer son ambiance et son oppression. L’idée pourrait être bonne mais au final j’ai trouvé le pilote long et j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire. Le cast est comme le reste, j’ai du mal à accrocher j’aime bien Gina Davis mais son jeu est aussi inexpressif que son visage botoxé, c’est vraiment dommage parce que j’avais été contente de la retrouver avec une belle prestation dans Grey’s anatomy. Pour vous parler franchement mes amis il va me falloir de la motivation pour continuer et me faire un avis définitif pour la série. Je dirai que c’est une série en sursis.

Voilà pour ce petit tour de quelques nouvelles séries ayant débuté cette semaine. J’espère que cet article vous auras plus, n’hésitez pas à nous partager vos découvertes et vos avis ^^

A bientôt pour un nouvel article et surtout pour de nouvelles vidéos

@fayefanel

 

 

Publicités

Kutary : Une web série à découvrir d’urgence

Par défaut

 photo 10003330_605212346220382_206520077_n_zpsbae69213.jpg
Lors du salon Lord of the geek à Nîmes, il y avait un stand en face du mien qui attirait mon regard. Je voyais une affiche avec une personne portant un masque à gaz, immédiatement mon esprit tordu fit le lien avec le fameux épisode de Doctor Who dans lequel un enfant portant un masque à gaz poursuivait les personnages avec cette fameuse phrase : « Are you my Mummy ? »

Cette image me donna donc envie de découvrir ce qui se cachait derrière l’image et le titre l’accompagnant : Kutary.

Au cours de la journée, en discutant avec l’équipe, j’appris qu’il s’agissait d’une Web série s’inspirant du Comic Y The Last Man de Brian K Vaughan (scénariste sur Lost notamment). Ce Comic raconte l’histoire du dernier homme sur terre vivant dans une société dirigée par les femmes (normal on est les meilleures ^^). La promesse d’une série avec un casting principalement féminin, était encore un bel argument qui aiguisait ma curiosité.

Rentrée chez moi je décidais donc de poursuivre mon enquête et de regarder la série. Après avoir visionné les 3 premiers épisodes, mon constat fut le suivant : un coup de cœur !!

 photo 1601066_606438039431146_223776752_n_zpsfdbe4bc2.jpg
J’ai beaucoup aimé l’univers de la série, on suit un groupe de filles qui recherchent le dernier homme sur terre après que celle-ci fut frappée par le virus Kutary. On se retrouve dans une série à l’ambiance très road movie teinté d’oppression. Les personnages sont plutôt sympathiques et j’espère en apprendre plus sur elles au fur et à mesure des épisodes. Les cadrages sont très maîtrisés et de grandes qualités et la gestion des couleurs est vraiment un des gros points positifs et surtout joue un grand rôle dans la présentation de l’univers.La dominance des couleurs ocre, gris et vert nous montre très bien que nous allons évoluer dans un univers bousculé qui n’est plus normal et qui en devient très oppressant. Le tout est emballé dans une très bonne bande son qui n’est pas sans rappeler certains westerns.

Kutary est vraiment une Série que je vous conseille, elle a de grandes qualités et nous prouve que le web regorge de grands talents comme son créateur  Frédéric Large et toute l’équipe d’Horizon Workshop. La série a pour moi un très gros potentiel surtout si elle continue à développer son univers ainsi que ses personnages.

En attendant de retrouver sur notre chaine YouTube mon interview de son créateur, je vous laisse découvrir le premier épisode de la série.

Retrouvez la série sur Facebook et Twitter

Faye

24h : Jack is back for America !!!!

Par défaut

 photo video-24h-chrono-saison-9-promo2_zps52cf1b5a.jpg
 

En 2001, le monde découvrait une nouvelle série pleine d’action et de suspens et surtout avec un concept novateur : 1 saison = une journée !!

Cette idée de proposer une histoire dense se déroulant sur 24h était à l’époque novatrice et permettait de proposer une intrigue sans temps mort, rempli d’action et surtout permettais à la fin de chaque épisode de finir sur un cliffanger qui rendrait totalement accro le spectateur et assuré ainsi son retour la semaine d’après.

24h c’est également la naissance d’un héros, un homme rempli de testostérone et qui représente à lui-même toute l’Amérique et le symbole de la liberté !! Il est à la fois héros et antihéros, c’est un homme prêt à tout pour son pays et pour chasser les terroristes hors de son pays adoré. Vous l’aurez compris, c’est  par cette longue phrase que l’on peut ainsi résumé l’homme qu’est Jack Bauer !!!

La série est vite devenue à la fois un objet de culte mais aussi un objet de critique, de par sa violence.

Cela n’a pourtant pas empêchait Jack de faire régner l’ordre et la juste pendant 8 longues années jonchaient à la fois de bonne et de mauvaises journées ( je pense notamment aux saisons 3 et surtout la saison 6 complètement ratée.).

4 ans après avoir raccroché le téléphone, Jack refais donc une petite apparition à Londres pour une petite journée de plus ou peut être de trop ?

Après avoir vu les deux premiers épisodes, je vais me risquer à faire déjà un premier commentaire sur ce retour tant attendu (même si pendant un moment on pensait qu’il allait se faire au cinéma).

Jack Bauer qui avait disparu depuis 4 ans fait mystérieusement une réapparition à Londres où il se fait arrêter par la CIA qui craint que ce retour ne soit le signe d’un attentant contre le président des États-Unis présent également dans la ville…

Je ne vous dévoilerai pas plus de l’histoire pour ne pas gâcher votre plaisir, mais ce que je peux vous dire c’est que dès les premières minutes nous retrouvons avec une certaine nostalgie les codes qui nous a fait aimer la série : l’action sur différent écran, le temps qui défile, les téléphones …etc mais surtout  Jack !! Il n’a pas pris une ride et même si pendant les 30 premières minutes de l’épisode il ne dit pas un mot, la présence de Kieffer Sutherland se fait ressentir tout du long !  L’épisode est très rythmé et présente plutôt bien les différents protagonistes et les enjeux les concernant. Même si encore une fois, on se retrouve avec les personnages clichés habituels de la série, la nostalgie et le plaisir prennent le dessus, du moins pour le premier épisode, car passé la joie des retrouvailles, on ne peut que constater une baisse de régime lors du second épisode.

L’action commence à s’embrouiller et les motivations de Jack semblent finalement à première vue assez naïves, espérons que cela cache quelque chose de plus intéressant.

Il est difficile de parler de la série sans spoiler, je n’en dirai donc pas plus pour le moment, le sujet sera sûrement plus développé et avec spoiler lors d’un prochain geek en série.

Ce que je peux vous dire en conclusion, c’est que ce retour de Jack Bauer est un peu en demi-teinte pour moi, je suis contente de retrouver ce personnage à la fois fascinant, divertissant et qui fait réfléchir sur certain aspect de l’Amérique, mais je me pause quand même la question suivante : ce retour est-il finalement vraiment nécessaire ?L’action plutôt embrouillée et faite d’éléments plutôt datés ont-elle encore leur place à notre époque ? Jack Bauer n’aurait –il pas du garder son statut de culte nostalgique au risque de devenir un dinosaure de la télé ? Le reste de cette saison 9 nous donnera sûrement la réponse.

Faye

Veronica Mars le film: There’s No Place Like Home

Par défaut

 photo 4374137_3_b14f_kristen-bell-dans-le-role-de-veronica-mars_80abf60efefd42f1faf49267da8f3e75_zps57d7b769.jpg
A long time ago, We used to be friends…. C’est en 2004 que pour la première fois ce générique retentit à nos oreilles nous faisant découvrir un des personnages les plus malicieux et attachant du monde des séries : Veronica Mars !
Pour ceux qui ne seraient pas familiers de la ville de Neptune et ses secrets, voici un petit résumé de la situation :
Veronica Mars est une jeune lycéenne traitée en paria par ses camarades à la suite de la mort de sa meilleures amies car le père de Veronica, Shérif à l’époque avait voulu s’attaquer à une des personnes les plus influentes de la ville et que malheureusement cette personne n’était pas le bon coupable, ce qui valut à Keith Mars de perdre son emploi et d’être donc traité avec sa fille en pestiféré par le reste de la ville.
Heureusement notre sympathique duo ne se laissa pas abattre et Keith créa Mars investigation, agence de détectives et Veronica sentit également aussi l’appel de l’enquête et se mit non seulement à aider son père, mais à résoudre ses propres affaires.

La force de la série c’est tout d’abord son personnage principal interprété avec Brio par Kristen Bell. Veronica est un modèle à suivre pour tous ceux qui se sont sentis un jour comme un paria. Elle s’en prend plein la tronche et bien souvent elle ce qu’elle entend est juste horrible, mais elle ne se laisse jamais abattre, elle arrive toujours à trouver les mots justes pour remettre les gens à leur place, elle est futée, malicieuse, bonne comédienne… bref ce personnage est juste génial !
Autre point de fort c’est l’univers de la série. La série est un mélange » d’Arabesque » qui aurait fusionné avec Buffy, les enquêtes sont toujours sympas et elles sont enrobées d’une ambiance whedonesque avec plein de références à la pop culture.
Bref même si la série n’a duré que 3 saisons, elle a su toucher le cœur d’un public qui lui est resté fidèle et qui au fil des saisons n’a cessé de grandir, le film était très attendu, alors quel est le verdict ?

Après 10 ans d’absence ce que l’on peut dire c’est que non seulement Veronica m’avait manquée, mais qu’en plus elle n’a pas pris une ride !
Le film raconte les retours de Veronica à Neptune après 10 ans pour aider son ex petit ami Logan accusé d’avoir tué sa copine. Lors de son retour, même si la jeune détective est heureuse de retrouver son père et ses amis, elle constate que l’ambiance s’est dégradée et que la police est corrompue ! Elle va devoir ressortir sa panoplie de détective si elle veut faire régner l’ordre et la justice !
Le film est juste la parfaite friandise pour les fans de la série. On retrouve l’ambiance, la personnalité fofolle de Veronica, les références à la pop culture et même des références aux coulisses de la série. Le fan service n’est jamais exagéré ou placé au hasard, on savoure chaque moment avec un plaisir nostalgique.
Par contre pour être franche avec vous, oui le film n’est pas parfait, l’intrigue policière est trop simple et on aimerait voir certains personnages plus impliqués dans l’histoire, mais au final on s’en fou tant le bonheur de retrouver notre héroïne et son univers et grand et certaines surprises ne sont que des pépites ajoutées sur ce délicieux gâteau.
Le seul moment triste c’est la fin du film lorsqu’il faut encore dire adieu à Veronica, là un cri monte et lorsque le générique arrive voici ce qui en ressort :
« Mais putain pourquoi on n’a pas eu droit à une sortie ciné !!!! Puis merde faut une suite ou une saison 4 !! »
Espérons que l’on ne devra pas attendre encore 10 ans pour repartir à l’aventure avec Veronica !

XOXO
Faye

Game of Thrones: trailer de la saison 4

Par défaut

C’est le 6 avril que débutera sur HBO la saison 4 de l’adaptation de la grande saga de George RR Martin : Game of Thrones.

En attendant voici le trailer  de la saison, une saison qui promet encore beaucoup de débats entre les fans du livre et les fans de la série!

Faye

Sherlock the sign of three la review ! (avec spoiler)

Par défaut

 photo sign1_zpsd18fd6e0.jpg

A peine a-t-on le temps de nous remettre du retour de Sherlock Holmes que celui-ci nous revient dans une nouvelle aventure : «The sign of three » ou le signe des trois en Français. Dans cet épisode nous suivons Sherlock qui se prépare à vivre une de ses journées les plus dures : être témoin au mariage de son acolyte et meilleur amis John Watson.

Une fois de plus le ton est donné est nous avons droit une fois de plus à une sacré dose d’humour sous forme de flash nous montrant les préparatifs du mariage et le fameux enterrement de vie de garçon qui donne lieu  à une succession de scène complètement dingue et inattendus.

On retrouve également de cet épisode encore un hommage et cette fois c’est au film d’Edgar Wright « le dernier pub avant la fin du monde »  avec une tournée des bars accompagnée de son montage précis et rythmé.

Au travers de toute cette comédie, il y a quand même une intrigue policière qui surgit d’elle-même et qui est finalement amenée de façon plutôt intéressante et qui nous prouve que oui c’est bien beau de profiter de la vie, mais il faut toujours  rester sur ses gardes.

Le point le plus intéressant de l’épisode est finalement la psychologie de Sherlock et sa relation avec les autres. Nous voyons ici un Sherlock plus humain et dont la cuirasse semble fondre à l’annonce de Watson, qui lui avoue qu’il est pour lui son meilleur ami. On le sent très touché et heureux, mais également nous voyons sa peur. Il a peur du changement et peur de perdre son ami après son mariage.  Sherlock évolue, mais comme toute évolution et tout intelligent que l’on puisse être, le changement fait peur. Il faut arriver à trouver sa place dans ce monde en constante évolution.

Le titre de l’épisode «  le signe des trois » est finalement une référence à ce changement. Il peut s’appliquer à différentes dynamiques. Les trois peuvent être : Sherlock/Watson/Hudson ou Sherlock/Watson/Mary ainsi qu’également ce que nous apprenons à la fin de l’épisode.

La fin de l’épisode fait également écho à tout ça dans le fait que Sherlock encore confus et bouleversé préfère fuir parce qu’il n’arrive plus à réfléchir et qu’il a l’impression d’être de trop, trois pour lui n’est peut-être pas un bon chiffre. Il se trompe, comme nous le voyons dans l’épisode, le personnage de Mary est décidément bougrement intéressant, car elle comprend les deux hommes et ce qui les lie et fera toujours tout ce qui lui est possible pour préserver leur relation.

Comme vous pouvez le voir, l’épisode était très intéressant, mais  je vais émettre une toute petite réserve. Je m’attendais à retrouver dans cet épisode un Sherlock un peu plus grave comme dans les autres saisons et j’ai été vraiment très étonné de voir que le duo Moffat/Gatiss continuait dans cette même veine comique. Il est bien que Sherlock évolue, mais je trouve ça un peu trop rapide. Pendant deux ans il a dû vivre des moments assez durs et pourtant il a une joie de vivre que je  trouve finalement pas très naturel(ou alors c’est la joie de revoir John).

J’espère vraiment que ces deux épisodes ont pour but d’endormir le duo de leur faire goûter un bref moment de paix avant de frapper fort et de tout chambouler une fois de plus. Le trailer du dernier épisode de cette saison 3 semble aller dans ce sens.

Wait and see.

Faye

Dans la tête de la Faye: Sherlock

Par défaut

 photo sherlock-saison-2_zps4ea89de3.jpg

Pour ceux qui écoutent le podcast, vous savez que de temps en temps je propose une petite chronique que j’appelle « Dans la tête de Faye », mon but est simplement de partager vous, ce qui me passionne me fait rêver, m’interroger…etc
comme je n’aime pas que le cinéma, j’ai décidé d’utiliser notre blog afin de parler avec vous de ces autres passions. Pour ce premier article, j’ai décidé de parler d’un sujet d’actualité et qui est très attendu : la série Sherlock.

La série est née en 2010 des esprits de Mark Gatiss et Steven Moffat. Tous les deux grands fans du personnage d’Arthur Conan Doyle, ils profitèrent de leur temps libre entre deux rédactions d’épisode de Doctor Who pour mettre en commun leurs idées et envie autour du personnage de Sherlock Holmes.
Rapidement, ils eurent la bonne idée d’amener le personnage dans notre époque. Leur désir était de rester le plus fidèle possible à l’esprit de Doyle, en nous offrant une série aux personnages profondément moderne qui utilisent leurs esprits ainsi que les outils scientifiques pour résoudre des affaires, ce qui est à mon avis tout à fait proche de ce que nous montrait L’auteur au travers de ses romans et nouvelles.
Gatiss et Moffat décidèrent également de baser leur série sur la psychologie des personnages et leur lien entre eux ce qui est également une bonne idée et une des forces de la série.
Le succès sera immédiat et le personnage de Sherlock Holmes un peu poussiéreux va renaître de ses cendres et se faire découvrir par une nouvelle génération.
Ce qui m’a fait tomber immédiatement amoureuse de la série c’est tout d’abord son duo d’acteurs. Le tandem Cumberbatch/ Freeman c’est juste la perfection à l’état pur et ça ne se produit que rarement. Nous avons un Sherlock, froid complètement enfermé dans sa bulle qui ne se soucie que des affaires qu’il résout, il a besoin d’avoir son esprit toujours en mouvement pour ne pas sombrer dans la folie, face à lui nous avons Watson ancien militaire et médecin traumatisé par la guerre qui essaye de reprendre pied. Ces deux personnages ensemble cela donne une dynamique des plus intéressantes. Ils se complètent, se défient chacun à un effet positif sur l’autres leur complicité et leur dépense l’un envers l’autre est tellement forte que cela donne naissance à la grande blague de la série : Holmes et Watson sont-ils en couple ?
Autres éléments importants de la série qui en devient même une signature : la réalisation. Chaque épisode est un bijou de réalisation, de construction de plan et de montage. C’est esthétique, efficace, moderne et ça accompagne à merveille la psychologie des personnages et l’intrigue. L’idée de faire apparaitre sur l’écran les SMS reçus par les personnages ou mettre en image la façon de résonner de Sherlock c’est juste brillant, ça rend la série interactive et donne ainsi la sensation au spectateur d’être intégré à l’histoire.
Autre exemple de réalisation, c’est dans l’épisode 2×01 dans lequel on a cette scène où Sherlock parle d’une affaire à Irène Adler, l’affaire n’est pas juste racontée, Sherlock s’y projette dedans et lorsqu’on voit Irène projeter dans le récit également, on comprend donc que ces deux personnages se comprennent, qu’ils ont quelque part des choses en commun, c’est juste brillant et évite ainsi de rajouter des dialogues inutiles.
Si avant Sherlock Holmes était une figure de la culture populaire ayant eu beaucoup d’influence dans différents domaines (je vous renvoie au documentaire diffusé récemment sur Arte), la série Sherlock, elle s’inspire de cette même culture populaire. On en a un excellent exemple dans la relation Sherlock/Moriarty. L’un est le Ying et l’autre est le Yang, Moriarty est apparu parce que Sherlock existe, ils sont Co dépendant et leur relation n’est pas sans rappeler la relation entre Batman et le Joker ! Moffat et Gatiss nous rappellent ainsi que Sherlock Holmes est toujours un super héros et même le plus grand détective.
Toutes ces qualités font de cette série un divertissement à ne pas manquer et si vous n’avez pas encore jeté un coup d’œil, il est grand temps de vous y mettre surtout que la saison 3 débutera le 1èr janvier !

See you soon….

Faye